01

Protéger la nature et sauver le climat

L’Île-de-France n’est pas qu’une suite de routes et de bâtiments de béton et d’acier. Traversée par de nombreux cours d’eau, dotée de forêts, de prairies et de champs, 75% de notre région n’est pas urbanisée. Pourtant, des centaines de milliers d’entre nous sont éloignés de tout accès à la nature. Parce que les êtres humains ne peuvent survivre seuls, que les plantes nous apportent de la fraîcheur en été et nous nourrissent toute l’année, parce qu’il faut empêcher les inondations et les sécheresses, parce que nous refusons un monde privé du chant des oiseaux, nous devons faire plus de place à la nature. 

L’OMS recommande, pour une bonne santé, que chaque personne puisse avoir accès en moyenne à 15m2 d’espaces verts. C’est un objectif qui doit être atteint à l’échelle de chaque quartier. La Région accompagnera les communes dans la création de nouveaux espaces verts et créera des parcs de dimension régionale. L’objectif zéro artificialisation des sols, surtout des terres agricoles, sera enfin une priorité. 

Il est impératif d’atténuer les conséquences des canicules ou des inondations liées au réchauffement climatique et de diminuer l’émission des gaz à effets de serre. Agir contre les îlots de chaleur en repensant l’urbanisme et en réaménageant nos villes, faciliter l’écoulement des eaux en désimperméabilisant les sols et en végétalisant les espaces urbains sont des nécessités vitales. 

D’un autre côté, nous devons diminuer les émissions de gaz à effet de serre dont les activités humaines sont responsables. Les principaux leviers à l’échelle de l’Île-de-France sont les transports, le bâti, l’énergie et, de manière générale, l’ensemble des importations de marchandises dont la production et le transport émettent des gaz polluants. Contre le dérèglement climatique, la région peut beaucoup. Fini de verdir les discours il est temps de verdir les actes.

Notre région est particulièrement dépendante de ressources limitées, dont la disponibilité va décroître progressivement dans les décennies à venir. Les écologistes sont pragmatiques et préparent l’avenir dès maintenant. D’abord, la Région doit promouvoir la sobriété et garantir l’efficacité énergétique, en réalisant notamment des travaux de rénovation. Ensuite, il faut développer les énergies renouvelables sur notre territoire afin d’augmenter notre autonomie énergétique.

Nos engagements 

01. Zéro artificialisation, pour un aménagement écologiste de la région

Chaque année des centaines d’hectares de nature ou de terres agricoles sont englouties par le béton et la route. Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas la construction de logements qui est principalement responsable de cette artificialisation mais bien le développement de la voirie, des parkings et des activités économiques qui s’éloignent toujours plus des lieux de vie. 

L’artificialisation des sols a des conséquences dramatiques sur le vivant et on constate l’effondrement des populations d’insectes et d’oiseaux depuis des décennies, y compris ces dix dernières années. Elle est aussi responsable du réchauffement climatique, les sols étant des régulateurs des cycles du carbone et de l’eau. 

Nous réformerons le Schéma directeur de l’Île-de-France pour réellement protéger nos espaces de nature et nos terres agricoles. Plus question de bétonner le Triangle de Gonesse ou le plateau de Saclay. Au contraire, le conseil régional achètera des terres pour les protéger et compléter une véritable ceinture verte, consacrée à la nature et à l’agriculture. La reconstruction de la ville sur la ville, en évitant de dépasser certains seuils d’« hyper-densification », la revitalisation des centre-bourgs et l’installation des activités économiques compatibles au plus près des habitations seront les principales orientations de l’aménagement de l’Île-de-France. Les aides versées aux collectivités seront conditionnées aux efforts entrepris dans la lutte contre l’artificialisation et pour la renaturation des sols. Nous renforcerons la vigilance sur la réalisation des études d’impact environnemental des projets liés aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 et sur le respect des engagements transverses en matière de transition écologique

02. 15 m 2 de nature par Francilien

En Île-de-France comme dans le reste du monde, la nature est en danger. La biodiversité s’effondre et les animaux ont de plus en plus de mal à trouver des habitats adaptés. Malgré les réglementations environnementales, les grands projets destructeurs des espaces naturels continuent de se multiplier. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande que chaque personne ait en moyenne accès à 15m2 pour se sentir en bonne santé, c’est l’objectif que nous poursuivrons. Végétalisation des cours d’établissements scolaires, contractualisation avec les collectivités pour que chaque projet d’aménagement libère du sol nu et de la pleine terre, de la place pour la végétation et les animaux. 

La Région soutiendra massivement l’éducation à la nature en permettant aux enfants et aux adultes de se familiariser avec le vivant. Des séjours d’immersion en pleine nature seront proposés lors des vacances scolaires. 

Le Conseil régional, avec l’Agence des espaces verts, créera au moins trois parcs régionaux et complètera une ceinture verte entre la petite et la grande couronne. Avec les écologistes, plus personne ne grandira dans le béton, sans rencontrer les plantes et les animaux. Le Conseil régional financera la plantation d’un arbre par naissance en Île-de-France pour que chaque enfant francilien soit rattaché au vivant: à chaque petit-e francilienn-e son arbre, qu’il pourra identifier et dont il pourra prendre soin.

03. Relocaliser l’agriculture

L’Île-de-France est un territoire agricole (50% de la région), dont les surfaces agricoles sont dominées à 90 % par les grandes cultures (blé, orge, colza, betterave). Il comprend 12 millions de consommateurs·rices, soit presque 19% de la population métropolitaine. Malgré la présence d’un tel bassin de consommation, la majorité des denrées alimentaires produites en Ile-de-France sont exportées. L’Ile-de-France fait également face à une diminution des surfaces agricoles (SAU) de 0,6% par an depuis 2010 et à un départ massif à la retraite des exploitants qui ne sont pas remplacés par une  nouvelle génération d’agriculteurs·rices. En Ile-de-France, nous avons perdu 25% des exploitations en 20 ans. 

Les écologistes vont maintenir les revenus et tripler les emplois en accompagnant et intensifiant la transition agricole. Nous mettrons en place un vaste plan de transition agroécologique régional : sortir de l’agriculture industrielle et développer l’agriculture biologique et paysanne, l’agroforesterie et soutenir la production de protéines végétales. Les déchets organiques urbains doivent être réintégrés au cycle agricole pour ne plus importer d’engrais de synthèse. En misant sur la formation et le recrutement d’une nouvelle génération, sur l’expertise et la connaissance du terroir des professionnels, nous passerons d’une agriculture de monoculture, de chimie et d’exportations à une agriculture nourricière qui travaille avec la nature, protège l’air, l’eau et les sols. Nous voulons passer de 11 000 emplois agricoles directs à 35 000 en dix ans. Nous accompagnerons la progression de l’agriculture biologique et accélèrerons les conversions vers les 30% d’exploitations bio à la fin du mandat. Pour lutter contre l’empoisonnement de nos campagnes, la Région se mobilisera pour atteindre l’objectif zéro pesticide en 2030. La Région soutiendra l’élaboration de projets alimentaires territoriaux et montrera l’exemple avec un projet alimentaire régional. Nous nous engageons également à ce que la Région soit garante de la pluralité au sein des instances agricoles régionales, notamment en permettant aux citoyen·nes et associations environnementales de prendre part aux décisions concernant les enjeux alimentaires.

PL-Tournan-28

04. Rénover massivement l’ensemble du bâti francilien

La principale contribution directe de l’Île-de-France aux émissions de gaz à effet de serre est son bâti (50% des émissions régionales). Les consommations d’énergie et les pollutions induites par les bâtiments résidentiels ou tertiaires ont globalement diminué depuis vingt ans, même si une reprise est observée depuis 2015 (date de l’arrivée de Mme Pécresse à la tête de la Région). Au vu des quantités d’énergie consommées et de la mauvaise qualité globale des logements franciliens (2,1 millions de logements classés E,F ou G : 44% du parc), la stratégie d’économies d’énergie, couplée avec une politique de sobriété des usages est la plus pertinente pour diminuer notre contribution aux dérèglements climatiques et améliorer directement les conditions de vie des Franciliennes et des Franciliens.

Alors que le marché de la rénovation était en pleine émergence, la droite régionale l’a tué dans l’œuf en supprimant les financements régionaux. Quand les écologistes prendront la tête de la Région, l’opérateur régional de tiers-financement Île-de-France Énergies agira au profit des copropriétés, des propriétaires individuels et même des entreprises propriétaires de bureaux. La Région organisera un service public régional de la sobriété énergétique pour engager une diminution des usages énergétiques.

Enfin, à travers la rénovation et la construction des lycées, la Région agira en leader exemplaire de la construction écologique. La société publique IDF Construction sera mobilisée auprès de toutes les collectivités volontaires pour partager ses bonnes pratiques en termes de reconstruction de la ville sur la ville, réhabilitation de locaux économiques, utilisation de matériaux locaux et recyclables, densification ciblée et accueil de la flore et de la faune endémique.

La Région se positionnera comme leader européen de la rénovation énergétique du bâti grâce à une vision et un volontarisme politique qui faisait défaut jusqu’à présent.

05. Un plan “anti-Lubrizol”pour protéger les populations des risques industriels

L’Île-de-France accueille 94 sites Seveso et un nombre bien plus grand d’installations classées au titre de la protection de l’environnement. Le rapport du Sénat au sujet de Lubrizol pointe du doigt la négligence avec laquelle la direction du site a traité les recommandations faites par les autorités ainsi que l’absence de coordination en matière terme de prévention des risques dans un site accueillant plusieurs industries dangereuses.

Alors que notre Région est la plus dense de France, ni les populations, ni les élu·es ne disposent d’informations précises et fiables concernant la dangerosité des sites. Plutôt que de contraindre les industries à se conformer aux enjeux spécifiques de leur environnement,  c’est aux populations et aux communes de s’adapter au voisinage d’activités porteuses de risques majeurs, ce qui n’est tout simplement pas acceptable. La seule Seine-Saint-Denis a connu 11 incendies d’entrepôt ces 2 dernières années Les salarié·es sont les , souvent instrumentalisé·es au titre de la défense de l’emploi mais premières victimes des expositions à des fumées ou à des produits toxiques, dont ils et elles n’ont pas toujours les informations quant aux conséquences sur leur santé.

La Région s’engagera à signaler à l’Etat tout incident porté à sa connaissance et supervisera le planning de contrôle prévu par des services d’Etat aujourd’hui insuffisants. Des fonds seront engagés pour la sécurisation des installations de gestion des déchets pour prévenir les risques d’incendie et d’explosion, équiper de systèmes de sécurité incendie les locaux électriques et les bâtiments logistiques pour améliorer la ponctualité des transports en commun et éviter les catastrophes. La Région se portera partie civile à toute action de justice visant à protéger les populations des risques industriels et accompagnera les luttes juridiques. Des études seront financées pour identifier d’éventuelles situations de racisme environnemental.

06. Amplifier la transition énergétique

Après des années de luttes écologistes et de mobilisation d’experts, la nécessité d’une transition énergétique fait aujourd’hui consensus et de véritables filières de production d’énergie renouvelable commencent à se structurer. Cependant l’Île-de-France est très déficitaire (elle consomme bien plus d’énergie que ce qu’elle n’en produit). L’autonomie énergétique de l’Île-de-France demeure un objectif lointain mais des efforts doivent être entrepris. Tout d’abord, la Région peut agir à la source, en mobilisant largement autour d’un plan de sobriété énergétique qui permet de réduire les usages, par exemple en réduisant le nombre d’écrans publicitaires qui envahissent nos rues et nos transports en commun et en privilégiant des affichages culturels, patrimoniaux et associatifs. 

Ensuite, il s’agit d’engager un grand plan de rénovation du bâti, à tous les niveaux. Concernant la production, le Conseil régional écologiste mettra la priorité sur la géothermie et le petit hydraulique respectueux de la biodiversité. La Région soutiendra la construction et l’extension de réseaux de chaleur et étudiera les déploiement possibles d’hydrogène 100% issu de renouvelables, notamment dans l’industrie.

La Région soutiendra l’essor, dans toutes les communes, de réseaux citoyens de production et de consommation d’énergie renouvelable et créera un service d’ingénierie pour faciliter les coopérations territoriales. L’objectif est d’atteindre les 15% d’énergies renouvelables citoyennes d’ici 2030 en finançant des réseaux régionaux de l’énergie citoyenne et en mobilisant les acteurs locaux.

Pour les transports ne pouvant être électrisés ou évités, le recours à du biogaz ou des agrocarburants de seconde génération doit être envisagé. Toutes les industries productrices doivent être raccordées à des réseaux urbains. Les coopérations citoyennes seront largement appuyées par une intervention publique pour que l’Île-de-France réalise son potentiel d’équipement en panneaux solaires et en éoliennes pour atteindre les objectifs de 100% renouvelable en 2050. 

07. Protéger tous les animaux

Les animaux sont trop souvent ignorés, considérés comme des choses inertes, ou de simples aliments sur pattes. Pour les écologistes, nous avons une responsabilité majeure dans leurs conditions de vie, qu’il s’agisse des animaux de compagnie, d’élevage ou des animaux sauvages, des villes, des champs ou des forêts. La Région se mobilisera pour mettre fin aux mauvais traitements dont ils font l’objet. La Région mettra en place les dimanches sans chasse, supprimera les conventions de chasse et de pêche sur le territoire dont elle a la responsabilité et ouvrera à un moratoire régional sur la chasse à courre. Les collectivités qui s’engagent pour laisser de la place aux animaux et répondre à leurs besoins seront soutenues. À travers des critères dans la commande publique régionale, l’option végétarienne quotidienne dans les cantines et le soutien à la transition agricole, le Conseil régional s’opposera aux élevages industriels. La région fait sienne les propositions du referendum animaux et s’engage à poursuivre leur mise en oeuvre à son échelle.

Nos propositions

Un arbre planté pour chaque naissance en Île-de-France

+

Chaque enfant né en Île-de-France se verra proposer un partenariat avec un arbre planté dans son mois de naissance, et une plaque à son nom y sera apposée pour rappeler les liens qui nous unissent au vivant et à notre patrimoine naturel. Les arbres anciens, poumons de notre région et participant de notre patrimoine seront protégés par un label régional qui empêchera toute coupe, sauf nécessité absolue. Ces mesures s’intègrent à un plan plus large qui vise à renforcer la densité végétale dans les villes, avec la création de mille îlots de fraîcheur, une ceinture verte régionale, l’augmentation globale du couvert forestier francilien. L’agroforesterie sera encouragée à travers les formations agricoles et des aides spécifiques pour la plantation d’arbres et de haies dans les champs. La gestion des forêts franciliennes intègrera des objectifs de diversification biologique (30% de diversification dès 2 ha, maille à 2ha avec au moins 3 espèces obligatoire) et de variété des usages (exploitation bois-matériau, bois-énergie, habitat d’espèces sauvages, régulation de l’eau et de l’air, espaces de loisirs). La certification forestière sera le critère d’éco-conditionnalité des aides apportées par la région et des commandes publiques réalisées.


Les friches industrielles seront étudiées au cas par cas : selon la richesse de la vie qui s’y est développée, elles seront, soit utilisées pour construire des logements accessibles ou de nouvelles activités industrielles, soit renaturées. Pour renaturer partout où c’est possible, nous réécrirons le SDRIF en plaçant l’indice de soutenabilité comme critère essentiel à tout nouveau projet d’aménagement. Des espaces de vie sauvage sanctuarisés seront créés dans le cadre des périmètres régionaux d’intervention foncière. Poursuivre le classement en forêt de protection des principaux massifs fréquentés par le public, notamment dans le Val-d’Oise, des massifs de Montmorency, de l’Isle-Adam et de Carnelle. En collaboration avec les Parc Naturels Régionaux et l’Agence Régionale de la Biodiversité, la Région s’engagera fortement dans la protection et l’extension des trames vertes, bleues et noires.

Zéro pesticide en 2030, 2000 km de haies plantées

+

L’agriculture paysanne est un secteur d’avenir qu’il faut protéger de l’urbanisation galopante et développer, en suscitant de nouvelles vocations. Il faut soutenir la transformation de nos systèmes agricoles productivistes vers des modes de production écologiques et le redéploiement de la polyculture élevage, sans intrants de synthèse et favorisant la biodiversité et notamment la vie des sols. La transition agricole et l’essor de la production alimentaire francilienne permet de préserver l’environnement, de diminuer les émissions de gaz à effet de serre mais aussi d’agir pour la santé des Francilien·nes. 

  • Conditionner les soutiens à l’agriculture à la protection des ressources en eau et à la préservation des sols
  • Aider les exploitations agricoles à planter 2000 km de haies et à revitaliser les sols.
  • Zéro pesticide sur les terres agricoles propriété de la Région dès 2022. Aide régionale à la certification bio pour tous les producteurs et les opérateurs en prenant en charge une partie du montant.
  • Appuyer les collectivités, des associations et des exploitations qui développent les circuits courts et de proximité et relocalisent (associations de développement de l’AB, AMAP, couveuses d’activités, foncières citoyennes pour l’installation agricole). 
  • Élevage : maintenir les exploitations existantes en accompagnant leur transition vers les pratiques d’agroécologie et d’agriculture végétale,  développer les petites fermes de polyculture-élevage ainsi qu’une filière d’abattage mobile et de transformation locale, après un état des lieux public sur la situation des abattoirs en Île-de-France.
  • Favoriser une diversité paysagère entre zones cultivées et non-cultivées accueillant une végétation permanente spontanée indispensable au développement de la micro-faune locale. Tout abattage d’arbre évitable doit être évité.

Doter la Seine, la Marne et l’Oise d’une personnalité juridique

+

L’eau est une ressource de plus en plus menacée par les pollutions, les sécheresses et les conflits d’usage (irrigation, consommation, usages industriels ou de loisirs). La Région doit préserver la ressource en eau et s’opposer aux procédés de traitement polluants comme l’osmose inverse basse pression. En s’inspirant des droits de la Nature et en considérant l’écosystème fluvial comme une entité juridique, nous doterons la Région d’un nouvel outil prometteur. Il s’agit aussi d’une mesure forte qui s‘inscrit dans une logique plus générale, intégrant la préservation de l’eau et de ses habtiant-es à l’ensemble des politiques régionales : soutien aux collectivités qui s’engagent dans la gestion publique de la ressource en eau, contrôle des syndicats producteurs d’eau potable et des syndicats d’assainissement, aménagements visant la désimperméabilisation des sols, la protection des berges, le zéro pesticides, trames bleues, schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux…

Promouvoir l’éducation et la sensibilisation à l’environnement et la nature

+

On ne protège que ce que l’on connaît et chérit. L’éducation à l’environnement a été le parent pauvre de politiques régionales ces cinq dernières années. 

  • Embauche d’éducateurs au sein de l’agence régionale pour la biodiversité, en lien avec l’Agence régionale des espaces verts.
  • Promotion de programmes de sciences participatives et création d’une délégation spéciale à l’éducation scientifique et à l’environnement
  • Soutenir les pratiques de découverte de la nature, de jardinage, d’agroécologie et de transition énergétique dans les lycées et accompagner les Conseils départementaux et communes dans la mise en place d’actions pédagogiques dans les écoles et collèges.
  • Financer des démarches collaboratives intercommunales de formation et d’animation des démarches de transition à destination des élu·es, entreprises, porteurs de projet, citoyen·nes. Accompagnement des communes, dans le cadre des contrats d’aménagement régionaux et des contrats ruraux pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans les politiques d’aménagement, de requalification urbaine et de revitalisation des centre-bourgs et des quartiers d’habitation.

Une délégation régionale à la condition animale

+

La condition animale demande une action transverse qui justifie la création d’une délégation dédiée, confiée à un·e élu·e disposant de moyens et de liens directs avec les services de la Région. Cette délégation permettra au Conseil régional, en s’appuyant sur l’expertise des réseaux associatifs, d’empêcher les mauvais traitements, d’aider à retrouver les animaux perdus, soutenir les initiatives citoyennes et associatives en faveur des animaux,d’accompagner les mairies dans le contrôle de l’utilisation commerciale d’animaux. La région financera l’ouverture d’un deuxième centre de soins régional d’animaux sauvages, en complément de celui de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.

La Région imposera également des critères de respect des animaux à tous les fournisseurs et bénéficiaires de la Région. Dans le cadre de la formation professionnelle et de la gestion des cantines, les professionnels de la restauration auront accès à des formations en cuisine végétale.

Évaluer et anticiper les dérèglements climatiques

+

Le Conseil régional élaborera son nouveau Schéma directeur (SDRIF) en tenant compte des prévisions scientifiques les plus fiables concernant les impacts des dérèglements climatiques sur l’aménagement du territoire et en tenant compte des apports des réseaux associatifs. Une ingénierie dédiée sera rendue disponible pour les communes et les contrats d’aménagement régionaux seront élaborés en tenant compte des enjeux climatiques. Nous sortirons d’une logique de guichet pour engager une démarche proactive d’accompagnement des collectivités, avec le développement d’un service public régional d’expertise en aménagement respectueux de la biodiversité et des objectifs climatiques. Les communes, notamment les moins dotées en expertise technique, bénéficieront d’un accompagnement à la transition écologique des territoires. Un observatoire régional des effets des dérèglements climatiques, sous l’égide de l’Institut Paris Region et ouvert aux acteurs scientifiques et associatifs sera créé. Il aura notamment pour mission de cartographier les risques à l’échelle régionale.

Les politiques de prévention des sécheresses et des inondations seront pérennisées et financeront prioritairement la prévention et la gestion des catastrophes plutôt que l’indemnisation a posteriori. Les solutions fondées sur la nature comme la préservation des zones humides, des zones inondables seront privilégiées. Pour faciliter le cycle de l’eau en milieu urbain, les aménagements perméables seront systématiquement priorisés lors de l’attribution de subventions régionales aux communes. Les formations initiales et continues dans les secteurs-clés de la transition seront renforcées et l’éducation et la sensibilisation aux dérèglements climatiques seront soutenues pour la première fois par la Région. Des études environnementales mais aussi sociologiques seront conduites afin d’éclairer l’élaboration des politiques publiques de résilience territoriale.

Lutter contre les pollutions dues aux transports

+

La pollution est responsable d’au moins 10 000 morts par an en Île-de-France. Pour contrôler le niveau engendré par les transports, les agences régionales (telles que Airparif, Bruitparif, l’Arec) seront missionnées pour conduire des évaluations périodiques et au fil de l’eau des niveaux de pollution.

  • Réduire la dépendance au véhicule individuel, responsable de 95% des émissions liées aux transports, en assurant une desserte plus fine du territoire et adaptée aux besoins de chacun. 100% des véhicules individuels seront sortis du diesel en 2030. Financement de bornes électriques
  • Modifier les motorisations des véhicules 100% du parc de bus renouvelé au mieux en électrique au pire en bio-GNV à l’issue du mandat
  • Multiplier les ZFE (Zone à Faible Émission), en veillant à intégrer tous les véhicules, et exiger de l’État qu’il accompagne financièrement les individus qui ne peuvent pas se doter d’un véhicule moins polluant et qui résident dans le périmètre de la ZFE
  • Transformer les autoroutes à l’intérieure de l’A86 et périphériques boulevards urbains
  • Soutien au ZTL (Zone à Trafic Limité)
  • Voies dédiées pour les personnes en auto partage ou en co voiturage
  • Plan sur la qualité de l’air dans les tunnels du métro
  • Accompagner le développement du retrofit en soutenant la demande par la commande publique et financement des recherches et innovations
  • Conversion de la petite logistique urbaine au vélo et à l’électrique
  • Participer à une rationalisation de la logistique urbaine en s’appuyant sur la maximisation des charges transportées par voyage, le ferroutage et un réseau d’entrepôts urbains facilitant la rupture de charge du poids lourd ou du train vers le vélo ou l’utilitaire électrique
Élections régionales - Juin 2021